Cardiff University | Prifysgol Caerdydd ORCA
Online Research @ Cardiff 
WelshClear Cookie - decide language by browser settings

O14 La linagliptine améliore le contrôle glycémique chez les diabétiques de type 2 insuffisamment contrôlés par l'association metformine plus sulfonylurée, sans prise de poids ni hypoglycémie [Abstract]

Owens, David Raymond, Swallow, R., Jones, P., Woerle, H. J., Tocque-Le-Gousse, E. and Dugi, K. A. 2011. O14 La linagliptine améliore le contrôle glycémique chez les diabétiques de type 2 insuffisamment contrôlés par l'association metformine plus sulfonylurée, sans prise de poids ni hypoglycémie [Abstract]. Diabetes & Metabolism 37 (1) , A4. 10.1016/S1262-3636(11)70502-X

Full text not available from this repository.

Abstract

Objectif Étude de 24 semaines (sem) multicentrique randomisée, groupes parallèles, contrôlée vs placebo (pbo), double aveugle étudiant l’efficacité et l’innocuité de la linagliptine IDPP-4, (LINA ; 5 mg un cp/j) chez des DT2 insuffisamment contrôlés (HbA1c :7-10%) par l’association Metformine (MET) et Sulfonylurée (SU). Matériels et méthodes Période de run-in (2 sem) sous pbo avant randomisation sous LINA (n = 793) ou pbo (n = 265). A l’inclusion, caractéristiques et données démographiques similaires entre les groupes (HbA1c, 8, 14 % [ET:0,81] ; glycémie à jeun (GAJ), 160,1 mg/dl [36,6] ; âge, 58,1 ans [9,8] ; IMC, 28,3 kg/m2 [4,7]). Ancienneté du DT2 > 5 ans chez 73,3 % des patients. Le critère principal était la variation d’HbA1c après 24 sem de traitement vs baseline, ajustée à l’HbA1c d’inclusion. Résultats Après 24 sem, réduction significativement plus importante de l’HbA1c (− 0,62% ; p < 0,0001) et de la GAJ (− 12,7 mg/dl ; p < 0,0001) sous LINA vs pbo. Réduction maximale moyenne d’HbA1c, obtenue à 12 sem sous LINA (− 0,84%). Parmi les patients avec HbA1c ≥ 7% à l’inclusion, 5 fois plus de patients sous LINA (29.2%) atteignaient à 24 sem une HbA1c < 7 %, vs pbo (8,1 %), p < 0,0001. Amélioration significative (p ≤0,05) sous LINA vs pbo des marqueurs de la fonction β-cellulaire (insulinémie à jeun, HOMA-B), et HOMA-IR. Incidence des événements indésirables (EI) graves faible, LINA 2,4 %, pbo 1.5 %. Hypoglycémie, EI le plus fréquent, incidence sous LINA 22,7 %, vs 14,8 % sous pbo. Donnée attendue de par l’association avec un SU. Pas de variation pondérale significative observée dans les groupes. Conclusion Chez des patients DT2 insuffisamment contrôlés par l’association Met+Su, l’addition de Linagliptine permet d’améliorer le contrôle glycémique, avec une bonne tolérance. La Linagliptine peut être une option supplémentaire avant l’insulinothérapie, pour des patients en échec d’association d’antidiabétiques oraux.

Item Type: Article
Date Type: Publication
Status: Published
Schools: Medicine
Subjects: R Medicine > R Medicine (General)
Additional Information: Special Issue 1: Résumés des communications de la réunion scientifique de la SFD et de la SFD Paramédical
Language other than English: French
Publisher: Elsevier
ISSN: 1262-3636
Last Modified: 04 Jun 2017 03:18
URI: http://orca.cf.ac.uk/id/eprint/19572

Actions (repository staff only)

Edit Item Edit Item